Pier Alberto Furno

Out of the Box

Pier-Alberto Furno, CEO chez Nemesis SAM Monaco a derrière lui une grande experience du secteur bancaire et de la gestion de patrimoine. Il est le contributeur de Wealth Monaco pour une colonne intitulée “Outside the Box”. Son premier article porte sur les investisseurs anticonformistes.


La volatilité est adoptée par le véritable investisseur qui a la sagesse d’aller contre l’opinion des foules.

Au début de l’année, j’assistais à un dîner à Londres quand à un certain moment, le sujet de la conversation, comme c’est souvent le cas, s’est tourné vers les marchés financiers; on m’a demandé ce que cela avait été de vivre l’effondrement de Lehman, la crise financière de 2008, l’écroulement des marchés au dernier trimestre 2018, cela donnait l’impression d’une remontée dans le temps.

On m’a posé la question : « Quelles sont les leçons que vous avez apprises ; avez-vous appris quelque chose? Sentant l’ironie et le sarcasme de la question, j’ai répondu: «J’ai appris que nous ne pouvons jamais être suffisamment préparés pour résister à de telles tempêtes et que les investisseurs n’apprennent jamais des expériences précédentes.”

Nous sommes maintenant à la fin du premier trimestre 2020 face aux effets dévastateurs du Covid-19 tant sur la santé humaine que sur les marchés financiers. Peut-être n’y a-t-il pas de moment aussi opportun pour remonter le temps une seconde fois et se pencher sur quelques chiffres réels:

  • 10/10/07 au 03/05/09 S&P à la baisse de 56%
  • 4T 2018 S&P à la baisse de 20%
  • 03/05/09 au 19/03/13 S&P en hausse allant jusqu’à 130% du niveau avant la crise financière
  • 03/05/09 au 19/02/20 S&P en hausse de 400%
  • 19/02/20 au niveau le plus bas du crash actuel S&P en baisse de 35%

La volatilité est de retour à des niveaux invisibles depuis la crise financière, et exactement comme c’était le cas en 2008, cette volatilité s’est traduite chez les investisseurs par un comportement de peur et de panique, espérant prévoir les prochains mouvements du marché.

Les turbulences sur les marchés comme celles que nous traversons, sont systématiques des rapprochements grégaires des investisseurs; alors qu’il serait plutôt utile de revenir à l’essentiel de notre philosophie d’investissement et de rester concentré sur ce que nous essayons vraiment d’atteindre.

Pour ma part, je n’envisage pas de passer du temps à essayer de prévoir le prochain prochain mouvement du marché pour la simple raison que je ne crois pas que ce soit un exercice constructif.

Pour une raison que j’ignore, on attend toujours des analystes et des gestionnaires de portefeuille qu’ils aient une opinion sur l’avenir du marché boursier. Beaucoup des meilleurs analystes sont constamment engagés dans l’effort de prévoir le mouvement des prix et je ne mérite pas une place parmi eux. Le problème avec la prévision du marché n’est pas d’être faite par des gens incapables et non qualifiés. Bien au contraire, le problème est que ces analyses sont réalisées par tant d’experts que leurs efforts se neutralisent constamment les uns les autres et que leur travail se traduit par ce qu’on pourrait comparer à un résultat financier nul.

Une approche beaucoup plus constructive consiste à établir un processus d’investissement solide en fonction de ce que nous pouvons déterminer en tant que valeur intrinsèque d’une entreprise et d’agir sur elle lorsqu’il y a un écart important entre la valeur intrinsèque et la valeur marchande.

Il est intéressant de voir que les investisseurs confrontés à une volatilité extrême et à la baisse des marchés, se comportent exactement à l’inverse. Ils se gèlent soudainement, adoptant une attitude attentive et craignent de dicter leur propre comportement.
L’explication de cette réaction se retrouve dans le cadre de la finance comportementale.
Une combinaison de manque de conviction et de contrôle émotionnel sont les principaux moteurs d’un tel comportement.

La principale source de conviction devrait être fournie par le travail analytique et la méthodologie d’investissement de l’investisseur; votre processus devrait vous conduire à une évaluation et à une conclusion. Personne au monde ne peut dire que vous avez raison ou tort, seul le temps nous le dira. Le facteur crucial est cependant l’importance d’agir sur vos convictions: ne pas agir reviendrait juste à ne pas avoir d’idée du tout.

Combien de fois autour de nous, nous entendons des phrases comme “J’aurais dû acheter plus d’actions de cette société, j’ai réalisé un bon profit à la vente” ou “le marché va descendre, je devrais vendre sur le marché”. Ces deux exemples expriment un manque certain de conviction.

Dans un premier temps, je pourrais dire qu’il n’y a pas assez de connaissances ni de travail réalisé en amont pour être convaincu par la société; dans ce cas l’achat d’actions de l’investisseur correspond plutôt une spéculation qu’à un investissement.

Pour qu’un investisseur investisse une partie importante de son portefeuille (5% ou plus) dans une seule action, il doit avoir une conviction réelle qui ne peut être fournie que par un travail approfondi.
La plupart des investisseurs rêvent de faire de l’argent rapidement et d’être du bon côté du marché croyant qu’ils seront en mesure d’obtenir plus du marché qu’ils ne le méritent eu égard au peu de travail qu’ils ont réalisé!

La deuxième remarque est la conséquence du fait que les investisseurs passent trop de temps à écouter le bruit du marché et pas assez de temps à apprendre à mieux connaitre les entreprises dans lesquelles ils investissent.
Voici une liste non exhaustive de certaines entreprises de haute qualité avec leurs performances depuis la crise financière: passant au travers de la forte correction du marché de 2007-2009, les investisseurs auraient bénéficié de ces opportunités qui leur ont été présentées par “M.Market”:

Microsoft en hausse de 1157%

  • Adidas en hausse de 1299%
  • Nike jusqu’à 961%
  • Berkshire en hausse de 384%
  • Amazon jusqu’à 4000%
  • Coca Cola jusqu’à 200%
  • Lindt jusqu’à 453%

Restant dans l’attente de plus d’informations, de plus de clarté, et de plus visibilité, les investisseurs ont déplacé leur attention vers le résultat, la reprise économique et celle du marché, plutôt que de continuer à se concentrer sur l’identification d’opportunités d’investir dans des entreprises de haute qualité avec une gestion exemplaire et des opérations financières solides, à un niveau de prix réduit.

C’est précisément le moment où cet écart entre la valeur intrinsèque et la valeur marchande peut être trouvé et profitera aux investisseurs à long terme. La visibilité est quelque chose dont les contrôleurs de la circulation aérienne ont besoin, mais pas les gestionnaires de portefeuille. Un grand panneau SOLDES est sur la porte d’entrée du marché, mais la boutique est presque vide.

Comme l’a dit Warren Buffett :

“Vous payez un prix très élevé en bourse pour un consensus joyeux”.

La panique résultant de la chute des marchés et des pertes dans les entreprises que nous détenons dans nos portefeuilles résulte de la conviction que le marché sait quelque chose que nous ne savons pas. Seule une connaissance approfondie d’une entreprise permet de maintenir une distance saine avec les marchés et d’accepter la possibilité d’acheter plus d’action à un prix inférieur.

N’oublions pas que le prix moyen le plus bas gagne toujours à condition que les fondamentaux de l’entreprise soient bien connus.
Le contrôle émotionnel d’autre part, c’est la capacité et la force mentale de se déconnecter complètement de vos émotions souvent causées par les fluctuations. Un tel contrôle émotionnel ne peut être réalisé qu’en parallèle avec de fortes convictions et une attitude anticonformiste.

On sait depuis longtemps que la pensée conventionnelle domine Wall Street alors qu’en fait, il est difficile de trouver un domaine de l’entreprise humaine où la pensée non conventionnelle et à contre courant ne soit pas couronnée de succès. C’est devenu si connu dans la communauté financière qu’un grand nombre de participants au marché prétendent être des « anticonformistes» ce qui signifie qu’ils prennent une position opposée à la sagesse conventionnelle.

En réalité, seules quelques personnes pratiquent vraiment cette stratégie. Une erreur populaire est d’adopter ce qui est considéré comme une opinion contraire, alors qu’en réalité, c’est une gifle à la pensée dominante. La pensée contraire exige une telle indépendance d’esprit et d’abstraction des opinions populaires que, par sa nature même, elle ne peut être adoptée que par peu de personnes.
L’investisseur “anticonformiste” doit être capable de se tenir seul contre tous.
Le problème est que dans notre société comme l’a dit John Maynard Keynes :

“La sagesse du monde enseigne qu’il vaut mieux que la réputation échoue conventionnellement que de réussir de façon non conventionnelle”.

Je voudrais demander à mes anciens clients s’ils se souviennent de leurs commentaires et de leurs réactions lorsque nous avons construit les positions dans Wells Fargo, Salomon Brothers, General Motors, Nextel, Amazon, Bank of America, Citigroup, St Joe pour ne citer qu’eux et je suis certain que les mêmes commentaires de désapprobation seraient entendus aujourd’hui envers certains de noms actuels.

Ce que j’essaie d’exprimer à travers ces pensées, c’est que ce que je fais maintenant est exactement ce que j’ai fait dans le passé: identifier les grandes entreprises négociées à un escompte substantiel par rapport à leur valeur intrinsèque.

La volatilité actuelle ne peut être adoptée que par les investisseurs désireux d’écouter leurs convictions plus que celles du marché, être un anticoformiste, avec un contrôle émotionnel, parce que le marché nous présente de grandes opportunités.

Les cinq mots les plus dangereux dans le secteur de l’investissement sont “… c’est différent cette fois.

Source : Pier-Alberto Furno

Auteur de l’article : Wealth Monaco

1 commentaire sur “Out of the Box

    Eau : l’or bleu - Wealth Monaco

    (mai 14, 2020 - 2:25 )

    […] l’une des marchandises les plus précieuses au monde. Wealth Monaco est heureux de publier le 2ème article de Pier Alberto Furno – PDG de Nemesis SAM Monaco, société indépendante de gestion […]

Commentaires fermés.