L’avenir des communautés mondiales.

Cette semaine, Giacomo Bonavera, notre spécialiste du capital-risque – Partenaire d’Iclub – s’approche des réseaux sociaux.


Avez-vous plus d’un millier d’amis sur Facebook à qui vous ne parlez jamais? Qu’en est-il des plus de 500 connexions sur votre profil LinkedIn avec qui vous n’avez jamais fait d’affaires ? Certainement il y a de meilleures façons de faire des rencontres avec plus de chaleurosité qu’en ligne.

Monaco est unique pour cela; l’un des moyens les plus faciles de faire des rencontre est de rejoindre un club comme le YCM, l’ACM ou le MC Country Club. Partout où il y a un fort sentiment d’appartenance à la communauté, il existe un réseau plus dynamique pour rencontrer des personnes avec lesquelles on a quelque chose en commun.

Le monde entier partage cette même volonté. Facebook, LinkedIn et Instagram sont des réseaux capables de se mettre en relation et de rencontrer des personnes. Mais ces plateformes s’adressent au marketing de masse. En fait, leur business modèle est construit autour du marketing de masse.

Facebook vient de dépenser 11 millions de dollars pour une annonce du super bowl. Les grandes entreprises de technologie sociale ont clairement identifié que la communauté est l’avenir. Mais leurs solutions de « groupes » ne fonctionnent pas et ils ont perdu confiance la confiance de leur communauté en donnant la priorité aux annonces et en vendant leurs données personnelles. Ils ne sont pas conçus pour des connexions approfondies. Les communautés ont besoin d’une meilleure plateforme.

Jusqu’à présent, les communautés doivent utiliser plusieurs plateformes telles que Slack, LinkedIn Groups, WhatsApp, Hubspot, Facebook Groups, Eventbrite, etc. pour communiquer, organiser et se rassembler, ce qui rend difficile à gérer cette logistique et demande beaucoup de temps. De manière générale, le coût est également trop élevé.

C’est pourquoi Viktoriya Tigipko, Managing Partner de TA Ventures, avec plus de 9 ans d’expérience dans plus de 130 investissements, 40 sorties, 80 sociétés en portefeuille et une performance exceptionnelle, a décidé de soutenir WarmIntro.

WarmIntro, basée à New York, a testé sa plateforme pilote sur un certain nombre de communautés et toutes l’adorent. Celles et ceux qui l’ont rejoint, n’en part jamais et en veulent plus.

WarmIntro a été en mesure d’identifier les fonctionnalités clés d’autres réseaux et de l’adapter aux besoins d’un marché jusqu’à présent mal desservi en raison de l’écart qui existe entre les médias sociaux de masse et les plateformes qui coûtent une fortune.

Si vous dirigez ou faites partie d’une communauté comme le Monaco Private Equity and Venture Capital Association (MVCA), la JCEM ou d’autres associations destinées aux jeunes entrepreneurs, vous savez la somme de travail qu’il faut fournir pour la communication, l’organisation et la logistique de rassembler les participants.

Il y a 7,5 millions de communautés sur le marché De Slack, LinkedIn, Facebook, celles des groupes professionnels et des groupes de startup qui représentent une valeur estimée de 31 milliards de dollars. WarmIntro peut servir 670k personnes de ces communautés avec son produit actuel et la société est estimée à 2,8 milliards de dollars. WarmIntro a ciblé 33k communautés, pour les 2 prochaines années, pour atteindre une valeur estimée de 140 millions de dollars.

Voyons où l’écart entre WarmIntro et les autres fournisseurs de services existe:

  • La plateforme HigherLogic – 59,6 M$ de revenus annuels. Les clients ont testé comparativement WarmIntro et 100% l’ont préféré. Les clients ont choisi de conserver Warmintro.
  • Slack – 500K utilisateurs d’une valeur de 13 milliards de dollars. Un outil de communication d’équipe. De nombreuses communautés l’utilisent parce qu’il n’y a pas de meilleure option. Elle est très onéreuse.
  • Mighty Networks – 4 M$ de revenus annuels. Site axé sur les communautés de marques et les groupes d’intérêts ciblés. Les conversations avec les communautés qui les utilisent ont du mal à mobiliser leurs membres.
  • Hivebrite – 10 M$ de revenus annuels. 30 000 $ minimum par année, axé sur les réseaux d’anciens élèves universitaires. Le prix est élevé et l’accent des anciens élèves laisse une grande partie du marché insatisfait.
  • Facebook – Plus de 200 millions de membres actifs. Un grand pourcentage de NOTRE entrant provient de groupes qui veulent s’éloigner en raison d’un manque de fonctionnalités communautaires et de dégout général pour cette entreprise.
  • Linkedin – Plus de 2 millions de membres actifs. Les groupes Linkedin ont le taux d’engagement le plus bas. C’est ridiculement mauvais.

Alors, quel est l’avantage de WarmIntro?

Warmintro est 100% construit autour d’une connexion significative, avec un accent sur la façon dont les données et l’IA peut améliorer ce processus. La connexion est la clé d’une bonne communauté. Il n’y a pas encore de gagnant dans cet espace. L’équipe de WarmIntro à l’expérience pour en faire la solution clé en main pour la construction et la gestion de n’importe quelle communauté.

Irene Ryabaya, PDG de WarmIntro, dirigeait auparavant Monarq, une femme fondatrice qui gérait une communauté de plus de 12K membres. Elle a commencé MentHER, une autre communauté et Before, dont elle était développeur informatique, avec une expérience de trader en pétrole chez Goldman Sachs.

Nolan Frausto, directeur technique chez WarmIntro, était développeur chez Fitbit, Fitstar, Bloomberg et ThoughtWorks où il a conçu et mis à l’échelle des systèmes desservant 20 millions d’utilisateurs actifs quotidiens.

Pour plus d’informations sur WarmIntro aller à www.iclub.vc . iCLUB est un club privé soutenu par TA Ventures qui investit dans des startups technologiques.

iCLUB avec TA Ventures sont spécialistes des startup – entreprises hautement évolutives – de l’éducation sur le capital-risque et de organisation de conférences à Monaco.

Auteur de l’article : Wealth Monaco