La Fondation Bill & Melinda Gates, Wellcome, et Mastercard lancent une initiative pour accélérer le développement et l’accès aux traitements contre le COVID-19

Le COVID-19 Therapeutics Accelerator coordonnera les efforts de R&D et éliminera les obstacles au développement et à la production de médicaments destinés à lutter contre l’épidémie

La Fondation Bill & Melinda Gates, Wellcome, et Mastercard ont débloqué 125 millions de dollars pour accélérer la lutte contre l’épidémie du COVID-19 par la recherche, l’évaluation, le développement et la production de masse de traitements. Les partenaires se sont engagés à assurer un accès équitable à ces traitements en les mettant notamment à disposition à des prix abordables dans les pays démunis.

Le COVID-19 Therapeutics Accelerator jouera un rôle de catalyseur en accélérant la mise au point et l’évaluation de médicaments, et de traitements biologiques, nouveaux et repositionnés pour traiter dès à présent les patients touchés par le COVID-19, et à plus long terme par d’autres agents pathogènes viraux. Actuellement, il n’existe pas d’antiviraux ni d’immunothérapies à large spectre pour lutter contre les agents pathogènes émergents, et aucun n’est approuvé pour une utilisation contre le COVID-19.

La Fondation Gates et Welcome verseront chacun jusqu’à 50 millions de dollars, et le Mastercard Impact Fund reversera 25 millions de dollars pour assurer le fonctionnement initial de l’accélérateur. La contribution de la Fondation Gates s’inscrit dans une promesse d’investissement de 100 millions de dollars dans la lutte contre le COVID-19 annoncée le mois dernier.

« Les virus comme le COVID-19 se propagent rapidement, mais le développement de vaccins et de traitements pour les stopper demande du temps », a déclaré Mark Suzman, directeur général de la Fondation Bill & Melinda Gates. « Si nous voulons mettre le monde, et en particulier les plus vulnérables, à l’abri d’épidémies comme le COVID-19, nous devons trouver un moyen d’accélérer la recherche et le développement. Les gouvernements, les entreprises privées et les organisations philanthropiques doivent donc agir vite pour financer la R&D. »

Le COVID-19 Therapeutics Accelerator travaillera en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé, les bailleurs de fonds et les organisations des secteurs public et privé, ainsi qu’avec les institutions mondiales de réglementation et d’élaboration des politiques. L’accélérateur aura une approche globale du développement du médicaments à la fabrication et la production en masse. Mener des recherches conjointes, coordonner les investissements et mettre en commun les ressources peut contribuer à accélérer la recherche.

Ce type de collaboration a été l’un des principaux enseignements tirés de l’épidémie d’Ebola en 2014. En fournissant un financement rapide et flexible aux étapes clés du processus de développement, l’accélérateur permettra de réduire les risques liés à la mise au point de nouveaux médicaments et traitements biologiques pour lutter contre le COVID-19 et les futures menaces d’épidémie, en garantissant l’accès aux traitements dans les pays plus démunis.

Fruit de l’initiative conjointe de ses bailleurs de fonds, le COVID-19 Therapeutics Accelerator fera appel à des compétences externes et internes à ces organisations. L’accélérateur gèrera plusieurs aspects du cycle de développement afin de rationaliser le parcours qui va du produit expérimental à l’évaluation clinique, son utilisation et sa fabrication.

Pour identifier les molécules candidates, l’accélérateur adoptera une triple approche : tester l’efficacité de médicaments approuvés contre le COVID-19, passer au crible des banques fortes de milliers de composés dont l’innocuité a été confirmée et envisager de nouveaux composés expérimentaux et des anticorps monoclonaux. Les médicaments ou les anticorps monoclonaux retenus à l’issue de l’examen préliminaire seraient ensuite développés par un partenaire industriel.

Dans le cadre de cette approche collaborative, les industries biotechnologiques et pharmaceutiques mettront à disposition leurs banques de composés et de données cliniques, de même que leur expertise, notamment en matière de commercialisation, qui sera nécessaire à la production de masse des médicaments et des anticorps monoclonaux qui auront fait leurs preuves. Parallèlement au développement d’une gamme de médicaments ciblant le COVID-19, l’accélérateur travaillera avec les autorités de réglementation à l’uniformisation des critères et avec l’industrie au développement des capacités de production. La procédure de mise sur le marché accélérée de traitements efficaces dure environ un an pour ce qui est des produits bénéficiant actuellement d’autorisations réglementaires ou des molécules candidates pour lesquelles des données cliniques existent déjà. Ce délai serait plus long pour les composés situés plus en amont dans le pipeline et pour lesquels les données cliniques existantes sont limitées.

« Ce virus constitue une menace mondiale sans précédent qui doit être contrée par des partenariats internationaux constitués dans l’objectif de développer des traitements, des diagnostics rapides et des vaccins. La recherche sur le COVID-19 progresse à un rythme phénoménal, mais pour faire reculer cette épidémie, nous avons besoin d’investissements plus importants et d’assurer la coordination de la recherche. L’accélérateur thérapeutique nous permettra de le faire pour les traitements potentiels en soutenant les phases de recherche, développement, évaluation et fabrication de médicaments. Le COVID-19 est un virus extrêmement difficile à combattre, mais nous avons prouvé qu’une collaboration internationale peut nous permettre de lutter contre les maladies infectieuses émergentes. Nous devons nous employer à renforcer nos efforts face au COVID-19 et, ce faisant, continuer à faire en sorte que les progrès soient accessibles et abordables pour tous. Il est vital d’investir maintenant à grande échelle et en prenant des risques dans le cadre d’une initiative collective d’envergure internationale si nous voulons changer le cours de cette épidémie. Toute aide extérieure sera la bienvenue ».

Dr. Jeremy Farrar, Directeur de Wellcome

Si les médicaments antiviraux sont approuvés pour atténuer la gravité de la grippe saisonnière et traiter le VIH, parmi d’autres maladies virales, aucun n’a démontré son efficacité contre l’épidémie actuelle. Et si l’on manque de traitements efficaces, c’est parce qu’il n’existera pas forcément de marché immédiat pour ces produits, un paramètre qui peut freiner ou entraver la mise au point de tels traitements et leur développement commercial. Le COVID-19 Therapeutics Accelerator vise à réunir les ressources et l’expertise nécessaires pour réduire le risque financier et technique encouru par les universités, les entreprises biotechnologiques et pharmaceutiques, tout en veillant à ce que les traitements soient mis à la disposition des personnes à faibles ressources et ce, à des prix abordables. L’expertise des entreprises pharmaceutiques sera essentielle pour identifier, mettre au point et commercialiser des médicaments efficaces..

« Nous sommes fiers de nous associer à cet effort crucial de lutte contre le COVID-19 dans le cadre de notre engagement en faveur d’une croissance inclusive », a déclaré Mike Froman, vice-président de Mastercard. « Ce problème d’envergure mondiale ne représente pas seulement un risque pour la santé et la sécurité des populations du monde entier, mais a également un impact potentiel sur l’activité professionnelle et économique de millions de personnes, d’entreprises et d’organisations dans le monde. Notre expérience en matière d’inclusion financière nous montre qu’il est important de constituer un réseau de parties qui apportent non seulement leur capital, mais aussi des atouts et des compétences complémentaires, et nous invitons d’autres partenaires soucieux d’une croissance inclusive à se joindre à cette initiative ».

Mike Froman, vice Président de Mastercard.

Auteur de l’article : Wealth Monaco

Laisser un commentaire