La Commisison Européenne lance une nouvelle coalition mondiale à Monaco pour la biodiversité

À l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage, la Commission européenne a lancé le 03 Mars 2020 à Monaco une nouvelle coalition mondiale pour la biodiversité. Par cette campagne de communication, la Commission appelle à renforcer la mobilisation en vue de sensibiliser le public à la nécessité de protéger la biodiversité.

Avant la tenue, en octobre 2020, de la quinzième réunion, cruciale, de la convention sur la diversité biologique (CoP 15), la Commission s’adresse à tous les parcs nationaux, aquariums, jardins botaniques, zoos, musées des sciences et musées d’histoire naturelle afin qu’ils unissent leurs forces pour sensibiliser davantage le public à la crise écologique.

Grâce à leurs collections et à leurs programmes d’éducation et de préservation, les parcs nationaux, aquariums, jardins botaniques, zoos, musées des sciences et musées d’histoire naturelle sont les ambassadeurs les plus à même de sensibiliser le public aux conséquences dramatiques de la crise de la biodiversité. La Commission encourage aussi les autorités nationales, régionales et locales, les organisations non gouvernementales, les entreprises, les scientifiques et les citoyens à sensibiliser tout un chacun à cette question dans la perspective du sommet des Nations unies sur la biodiversité (CoP 15).

Lors de la CoP 15, les 196 parties à la convention des Nations unies sur la diversité biologique devraient adopter un nouveau cadre mondial destiné à protéger et à restaurer la nature, un cadre aussi indispensable que l’accord de Paris, qui porte sur l’urgence climatique.

À l’issue du sommet, la coalition pour la biodiversité se concentrera sur des actions coordonnées ayant un impact concret en vue d’infléchir la courbe de l’appauvrissement de la biodiversité. Cette initiative se situe dans le droit fil d’autres initiatives et coalitions, comme la coalition à niveau élevé d’ambition menée par le Costa Rica.

La coalition mondiale pour la biodiversité complétera la coalition «World aquariums # ReadyToChange to #BeatPlasticPollution», lancée en 2017, s’est révélée très efficace et a rassemblé plus de 200 aquariums dans 41 pays afin de sensibiliser le monde entier aux déchets marins.

Le musée océanographique de Monaco a accueilli hier une cérémonie en présence de SAS le Prince Albert II de Monaco, de Virginijus Sinkevicius Commissaire européen chargé de l’environnement, des océans et de la pêche, et d’Inger Andersen, Directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

M. Laurent Anselmi, Conseiller de Gouvernement-Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération a signé un accord-cadre de coopération avec Mme Inger Andersen.

Compte tenu de l’importance de l’environnement dans la politique de relations extérieures de la Principauté, le Gouvernement Princier a souhaité renforcer le dialogue institutionnel et la collaboration stratégique avec ce Programme qui fait autorité sur la scène internationale en matière environnementale.

Cette convention vise également à consolider les diverses contributions financières versées par la Principauté au P.N.U.E., notamment en faveur de ses activités de lutte contre la pollution plastique marine ou encore de gestion durable des récifs coralliens.

Cette cérémonie était destinée à marquer à la fois le lancement de cette coalition mondiale, que l’Institut océanographique de Monaco est la première institution à rejoindre, et le transfert de la direction de la coalition rassemblant les aquariums de la Commission européenne au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) dans le cadre de la campagne pour des mers propres.

«La crise de la biodiversité constitue une partie importante du changement climatique. La protection et la restauration de la biodiversité non seulement assureraient la préservation de la nature pour les générations futures, mais contribueraient aussi à lutter contre le changement climatique et à éviter des conséquences négatives pour notre alimentation, notre santé et notre économie. Il est urgent de prendre des mesures à l’échelle mondiale, sinon la seule possibilité qui nous restera d’observer la nature sera de nous rendre dans les zoos et les jardins botaniques, ce qui représenterait un échec pour l’humanité.» Virginijus Sinkevičius,

Dans le courant du mois, la Commission européenne annoncera la nouvelle stratégie de l’UE en matière de biodiversité visant à protéger et à restaurer la nature en Europe et précisera les ambitions de l’UE pour la CoP 15 sur la diversité biologique. Manifestation majeure destinée au grand public, la Semaine verte européenne, du 1er au 5 juin 2020, visera également à mobiliser la société en faveur de la nature et de la biodiversité, au moyen de dizaines d’événements organisés dans toute l’Europe, ainsi que d’une conférence à Lisbonne et à Bruxelles.

Un rapport de 2019 émanant de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) montre que le déclin des écosystèmes progresse dans le monde entier à un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Le taux d’extinction des espèces s’accélère, puisque jusqu’à un million d’espèces sont menacées d’extinction, ce qui aura probablement de graves répercussions sur les populations du monde entier. Cela signifie que ces écosystèmes ne seraient plus en mesure de soutenir l’humanité en fournissant de l’eau, des denrées alimentaires, de l’air pur et du bois, et que la pollinisation, la régulation du climat, la formation des sols et la régulation des inondations s’en trouveraient gravement affectées.

Source : https://ec.europa.eu/environment/pdf/biodiversity_coalition_pledge.pdf

Auteur de l’article : Wealth Monaco

Laisser un commentaire