CORALIOTECH

CoralioTech Monaco, Technologie Appliquée des Coraux

L’interview mené par Patricia Cressot – Sowl Initiative, nous donne l’occasion de faire connaissance avec Rachid Benchaouir, fondateur de CORALIOTECH Monaco et de mettre en lumière le rôle capital des coraux pour notre écosystème.

Chercheur en génétique humaine, Rachid Benchaouir a intégré l’équipe du Centre Scientifique de Monaco (CSM) afin de collaborer au niveau de la recherche fondamentale sur la production de molécules marines à des niveaux d’échelles importantes.

Un défi qui a permis à Rachid Benchaouir de découvrir des propriétés innovantes de cette première molécule coralienne pouvant être valorisée pour la santé humaine, notamment pour ses propriétés de protection de la peau, contre les ultra-violets ou les polluants, par exemple.

De cette découverte est née l’idée de créer une société commerciale pour valoriser les molécules coraliennes découvertes par le CSM. La startup CORALIOTECH a été incubée au sein du MonacoTech en 2017, véritable tremplin pour la structuration de la société et l’accélération du développement de son activité.

CORALIOTECH fondée sur les valeurs de la protection de l’environnement marin, s’assure que l’activité commerciale ne soit aucunement faite au détriment de la dégradation des océans. Bien au contraire, la société utilise une technologie qui permet d’éviter une interaction avec les écosystèmes naturels. Ainsi, les matières premières proviennent de coraux cultivés de manière artificielle, en aquariums. Le CSM est d’ailleurs l’un des rares centres au monde capable de cultiver une variété de coraux de manière complétement artificielle.

Pour ses recherches et développement de produits destinés aux laboratoires pharmaceutiques, CORALIOTECH utilise donc une bouture de ces organismes pour en extraire les molécules qui constituent l’information génétique du corail, tout en préservant les milieux naturels.

Le rôle du CSM va au-delà de la recherche scientifique ; son but est également d’assurer – en cas de disparition définitive de certains coraux – la préservation d’une base de données du patrimoine de l’humanité. De son côté, CORALIOTECH a également pour vocation de préparer des campagnes de parrainage, de bouturage et de repeuplement de coraux dévastés.

Riche de poisson, d’algues, de crustacés et de microbiote, le corail abrite des micro-organismes avec lesquels il vit en parfaite symbiose, et dont la régulation dépend des conditions climatiques et ne résistent pas au réchauffement climatique. Le réchauffement de l’eau provoque l’expulsion par les coraux des algues symbiotiques qui leur donnent leur couleur et leurs nutriments.

La disparition de ces coraux, impactera 25% de la vie marine de notre planète et cette dégradation des écosystèmes sera à l’origine de la raréfaction de la biomasse, donc de la pêche, et plus largement, de la migration de population dont les conséquences économiques majeures seront à payer au niveau mondial.

Une récente étude utilisant une méthode innovante d’analyse créée en partenariat avec WWF, Global Trade Analysis Project (GTAP) and le Natural Capital Project ont tenté de chiffrer les avantages que la nature offre à toutes les nations et industries par le biais de six «services écosystémiques» – tels que la pollinisation des cultures, protection des côtes contre les inondations et l’érosion, approvisionnement en eau, production de bois, pêche et stockage du carbone.

Le modèle évalue ensuite comment ces éléments considérés comme des capitaux ( les forêts, les zones humides, les récifs coralliens et les stocks de poissons) changeraient selon divers scénarios de développement futurs, et comment les changements consécutifs dans l’offre de services écosystémiques affecteraient les résultats économiques (incluant le PIB, la balance commerciale, la production et les prix des produits de base).

Les résultats montrent que dans un scénario «Business-as-Usual» (BAU), la fourniture de ces six services écosystémiques entraînerait à elle seule une baisse de 0,67% PIB mondial annuel d’ici 2020. Ce qui équivaudrait à une perte annuelle de 479 milliards de dollars US. Entre 2011 et 2050, la perte cumulée totale serait de 9,87 billions de dollars US (taux d’actualisation de 3%).

Selon Rachid Benchaouir, il est temps pour « la finance de réorienter ses projets vers la durabilité et agir pour la préservation du patrimoine », et se rappeler que l’espèce humaine est liée à la terre et à cette réalité.

Article rédigé par Joana Foglia sur la base de l’interview de Patricia Cressot et Rachid Benchaouir. Cliquez ici pour voir l’interview

Auteur de l’article : Wealth Monaco

1 commentaire sur “CoralioTech Monaco, Technologie Appliquée des Coraux

Commentaires fermés.